mercredi 26 février 2020
Une société canadienne d’hypothèques
Accueil
Renseignements hypothécaires
Profil de la Société
Communiqués – les plus récents et archives interrogeables par date et par mot clé
Qualification hypothécaire en ligne
Communiquez avec nous
 

Communiqués de presse - Archives nationales

janvier 2003

 

Liens utiles:
Archives nationales
Archives 2003
janvier 2003
février 2003
mars 2003
avril 2003
mai 2003
juin 2003
juillet 2003
août 2003
septembre 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003


Portable Document Format Version imprimable View page in English

Les intentions d'acheter ou de rénover une habitation demeurent fortes

OTTAWA, Ontario, 8 janvier 2003 — Selon les résultats de l'Enquête sur les intentions d'achat ou de rénovation des consommateurs de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, 11 % en moyenne des ménages de Halifax, Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver qui ont été interrogés disent qu'ils ont l'intention d'acheter une habitation. Cette proportion est identique à celle des ménages ayant exprimé leur intention d'acheter en 2001-2002.

Les intentions d'achat les plus fortes ont été enregistrées à Calgary. En effet, 13 % des ménages dans cette ville envisagent d'acheter un logement avant l'été 2003. Les intentions sont élevées également à Toronto, où la proportion de ménages songeant à acheter atteint 12 %. Viennent ensuite Vancouver (11 %), Halifax (10 %) et Montréal (8 %).

« Grâce aux bas taux hypothécaires et à l'amélioration de l'emploi, la demande de logements est restée vigoureuse », a expliqué Cameron Muir, analyste principal de marché à la SCHL. « Le vif intérêt manifesté pour l'achat d'un logement est un autre facteur qui donne à penser que bon nombre des principaux marchés de l'habitation au Canada continueront de bien se porter au premier semestre de 2003. »

« Le rapport met aussi en relief un certain nombre de constatations au sujet des intentions d'acheter. Dans les cinq villes visées par l'enquête, les ménages ayant l'intention d'acheter paieront en moyenne 238 000 $ leur nouvelle habitation et presque trois ménages sur cinq verseront une mise de fonds initiale inférieure à 25 % du prix de leur nouveau logement. En outre, bon nombre d'acheteurs seront probablement des accédants à la propriété, puisque 64 % des acheteurs potentiels sont aujourd'hui locataires. »

Par ailleurs, dans les cinq centres urbains qui ont fait l'objet de l'enquête, un propriétaire d'habitation sur trois prévoit effectuer des travaux de rénovation. La plus forte proportion de propriétaires ayant l'intention de rénover a été observée à Halifax (41 %); viennent ensuite Toronto et Calgary (37 % dans chaque ville), puis Vancouver et Montréal, où 30 % des propriétaires songent à rénover leur logement au cours de la prochaine année.

« Les dépenses de rénovation prévues par les ménages atteindront en moyenne 10 200 $, ce qui représente une hausse de plus de 1 000 $ par rapport à l'enquête précédente, réalisée un an plus tôt. En outre, presque 7 % des ménages ayant l'intention de faire des travaux de rénovation prévoient y consacrer bien plus de 25 000 $ », a précisé M. Muir. « Parmi les projets les plus populaires, les travaux de rénovation extérieurs sont en tête de liste, suivis des projets de rénovation de la salle de bains et de remplacement de la moquette ou du revêtement de sol. »

Le rapport sur les Intentions d'achat ou de rénovation des consommateurs présente une foule de détails sur les marchés actuels de l'habitation et de la rénovation qui seront utiles aux constructeurs et aux promoteurs, aux prêteurs hypothécaires, aux entrepreneurs en rénovation et aux fournisseurs de matériaux de construction. Ce rapport donne des indicateurs fiables et pertinents sur le marché et laisse entrevoir ce à quoi on peut s'attendre dans les secteurs de la vente d'habitations et de la rénovation résidentielle de la mi-2002 à la mi-2003.

Les résultats de l'enquête reçus à la SCHL à l'automne ont été pondérés en fonction des données les plus récentes du Recensement de 2001, publiées au second semestre de 2002. Pour chaque centre urbain, compte tenu du grand échantillon sur lequel repose l'enquête (entre 3 165 et 4 786 répondants), la marge d'erreur théorique varie entre ±1,4% et ±1,8%, 19 fois sur 20.

L'enquête devrait être réalisée à nouveau au milieu de 2003 pour sonder les intentions des consommateurs au cours des 12 mois suivants.

Renseignements :

Paul Cardinal
Analyste de marché
Tél. : (514) 238-8391
Courriel : pcardina@cmhc-schl.gc.ca

Source: Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL)

 

Top of page