vendredi 28 février 2020
Une société canadienne d’hypothèques
Accueil
Renseignements hypothécaires
Profil de la Société
Communiqués – les plus récents et archives interrogeables par date et par mot clé
Qualification hypothécaire en ligne
Communiquez avec nous
 

Communiqués de presse - Archives nationales

novembre 2003

 

Liens utiles:
Archives nationales
Archives 2003
janvier 2003
février 2003
mars 2003
avril 2003
mai 2003
juin 2003
juillet 2003
août 2003
septembre 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003


Portable Document Format Version imprimable View page in English

Les mises en chantier d'habitations devraient rester nombreuses en 2004

OTTAWA, Ontario, 17 novembre 2003 — Selon le rapport Perspectives SCHL du marché de l'habitation : édition nationale du quatrième trimestre, publié par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), les mises en chantier d'habitations au Canada devraient atteindre 218 500 cette année, soit un sommet inégalé depuis 14 ans, avant de se replier en 2004 pour se chiffrer à 204 100.

« Le niveau de confiance des consommateurs demeure élevé, et les taux hypothécaires sont extrêmement bas. Ces facteurs, conjugués au redressement de la croissance de l'emploi, contribueront à la bonne performance du marché de l'habitation en 2004 », a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL. « Cependant, un meilleur équilibre entre les inscriptions et les ventes sur le marché de l'existant ainsi que la hausse prévue des taux hypothécaires ralentiront le rythme de la construction résidentielle l'an prochain. On prévoit un peu plus de 204 000 mises en chantier en 2004. »

« Même si nous nous attendons à ce qu'il devienne plus équilibré, le marché des logements existants restera serré. Par conséquent, au cours des derniers mois de 2003 et tout au long de 2004, les prix des habitations continueront d'augmenter dans une proportion supérieure au taux d'inflation global. Toutefois, comme les ventes diminueront quelque peu par rapport au nombre de nouvelles inscriptions, les prix monteront moins rapidement qu'en 2002 et 2003. Le prix moyen des logements existants affichera une augmentation de 9,3 % cette année, puis il progressera de 4,8 % en 2004. »

« Grâce notamment aux bas taux d'intérêt, qui ont contribué à l'abondance des mises en chantier, les mensualités relatives à des dettes hypothécaires élevées sont demeurées gérables malgré l'alourdissement du prix des habitations. Cela continue d'inciter les consommateurs qui sont déjà propriétaires à acheter une habitation d'un cran supérieur et d'encourager les ménages locataires à accéder à la propriété », d'ajouter M. Dugan.

En Colombie-Britannique, la construction résidentielle est en forte hausse cette année. En effet, la conjoncture du marché s'améliore étant donné les faibles taux hypothécaires ainsi que la croissance de l'emploi et du revenu. Le nombre de mises en chantier continuera d'augmenter en 2004, mais plus lentement. La Colombie-Britannique est la seule province où l'activité devrait s'intensifier l'an prochain.

En Ontario, les niveaux de construction résidentielle sont restés élevés en 2003 et continueront de l'être en 2004 grâce à l'optimisme des consommateurs, à la forte croissance de l'emploi et aux bas taux hypothécaires. En 2004, les mises en chantier de maisons individuelles atteindront leur troisième sommet le plus élevé des 14 dernières années.

Au Québec, le nombre de mises en chantier culminera cette année sous l'effet conjugué de trois facteurs : la hausse du revenu disponible due à la croissance vigoureuse de l'emploi, l'augmentation de la migration nette et les faibles taux hypothécaires. Ces tendances continueront de soutenir la demande de logements neufs en 2004, mais à un degré un peu moins élevé.

Dans les provinces des Prairies, la construction résidentielle continue de retrouver un rythme plus facile à soutenir, après la croissance record enregistrée en 2002. Cette année, l'Alberta devrait réaliser sa troisième performance en importance observée depuis 1981. En 2004, l'activité continuera de redescendre vers des niveaux plus soutenables dans la région des Prairies.

Le nombre de mises en chantier a augmenté considérablement en 2001 et en 2002 dans la région de l'Atlantique. Toutefois, les conditions sur le marché de l'emploi se sont détériorées par la suite, si bien que la demande de logements pour propriétaires-occupants s'est refroidie et la construction résidentielle a ralenti à l'Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse cette année. En raison de la hausse attendue des taux hypothécaires, les mises en chantier dans la région ne seront pas aussi nombreuses en 2004.

Renseignements sur ce communiqué :

Bob Dugan
SCHL
Tél. : (613) 748-4009
Courriel : bdugan@cmhc-schl.gc.ca

Perspectives nationales du marché de l'habitation

SOURCE : Perspectives SCHL du marché de l'habitation : édition nationale, quatrième trimestre de 2003
* Chiffres arrondis à la centaine près.
** Service inter-agences (S.I.A.)® est une marque de commerce enregistrée de l'Association canadienne de l'immeuble (ACI).
Les données portent sur 10 provinces.

Source: Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL)

 

Top of page