vendredi 05 juin 2020
Une société canadienne d’hypothèques
Accueil
Renseignements hypothécaires
Profil de la Société
Communiqués – les plus récents et archives interrogeables par date et par mot clé
Qualification hypothécaire en ligne
Communiquez avec nous
 

Communiqués de presse - Archives nationales

mai 2005

 

Liens utiles:
Archives nationales
Archives 2005
janvier 2005
février 2005
mars 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
juillet 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005


Portable Document Format Version imprimable View page in English

Les mises en chantier d'habitations diminueront graduellement après avoir culminé en 2004

OTTAWA, Ontario, 16 mai 2005 – Selon le plus récent rapport Perspectives du marché de l'habitation, Canada, publié par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), les mises en chantier d'habitations fléchiront de 7,3 % cette année par rapport à l'an dernier et se chiffreront à 216 400 – leur troisième niveau le plus élevé des 17 dernières années. En 2006, la construction résidentielle continuera de se modérer mais restera vive en comparaison des normes historiques : le nombre de mises en chantier régressera de 7,5 % pour s'établir à 200 200.

« Les perspectives demeurent favorables pour les mises en chantier d'habitations cette année et l'an prochain », a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL. « Cependant, certains facteurs laissent présager un ralentissement progressif du rythme de la construction résidentielle, dont la légère remontée des taux hypothécaires, l'érosion de la demande accumulée, l'affaiblissement de la croissance de l'emploi, et le fait que la demande est mieux satisfaite sur le marché de la revente et déborde moins sur le marché du neuf. »

Les ventes de logements existants conclues par l'intermédiaire du Service inter-agences (S.I.A.®) toucheront cette année leur deuxième sommet en importance; elles se chiffreront à 441 100, accusant une légère baisse de 4,3 % par rapport à 2004. La hausse des nouvelles inscriptions contribuera à maintenir le nombre de transactions bien au-dessus de la barre des 400 000 cette année et l'an prochain. Toutefois, la progression constante des prix qui est observée depuis trois ans et l'élévation attendue des taux hypothécaires feront augmenter les charges de remboursement hypothécaire et entraîneront un relâchement graduel de la demande de logements. Cette situation créera un meilleur équilibre sur le marché de la revente et fera descendre le taux de croissance des prix à 6,8 % en 2005 et à 4,3 % en 2006.

Le présent numéro de Perspectives du marché de l'habitation, Canada comprend aussi une mise à jour des prévisions relatives aux mises en chantier pour les cinq prochaines années. « À moyen terme, les mises en chantier d'habitations continueront de se replier; elles devraient se situer à 176 600 en 2009 », d'ajouter M. Dugan. « Cette baisse sera attribuable au relèvement des taux hypothécaires et à la résorption de la demande accumulée; elle ramènera le volume des mises en chantier à des niveaux qui cadrent davantage avec les facteurs démographiques fondamentaux. »

En Colombie-Britannique, l'expansion du marché de l'habitation se prolongera en 2005, grâce à la croissance économique, à la création d'emplois et à des bilans migratoires interprovincial et international positifs. Les mises en chantier d'habitations devraient augmenter légèrement pour atteindre 33 600 cette année, puis descendre à 31 600 en 2006.

En Ontario, le nombre de mises en chantier d'habitations fléchira mais restera élevé. De 85 114, en 2004, il passera à 78 500 en 2005 puis à 71 500 l'année suivante, sous l'effet conjugué de la remontée progressive des taux d'intérêt, de la hausse des coûts de construction et des contraintes liées à l'offre de terrains.

Après avoir connu une forte croissance durant trois ans, les mises en chantier d'habitations au Québec diminueront en 2005 et en 2006, pour se chiffrer respectivement à 50 000 et à 45 000. La conjoncture démographique de la province, caractérisée par un solde migratoire élevé et une population grandissante d'aînés, continuera de stimuler la construction résidentielle.

L'économie provinciale de l'Alberta comptera parmi les plus vigoureuses au pays durant les deux prochaines années, grâce à l'augmentation des dépenses publiques et des investissements dans le secteur du pétrole et du gaz. On constate cependant que le rythme des mises en chantier dépasse celui de la croissance des ménages depuis trois ans et que la demande refoulée est en train de diminuer. Ces facteurs ramèneront les mises en chantier de logements à 34 000 en 2005, puis à 32 500 en 2006.

En Saskatchewan, le nombre total de mises en chantier d'habitations culminera à 3 850 en 2005, puis il se repliera pour s'établir à 3 600 en 2006. L'accroissement du bilan migratoire, de la formation de jeunes ménages et de la demande de copropriétés chez les personnes de 45 ans et plus contribuera à maintenir, cette année et l'an prochain, les mises en chantier légèrement au-dessus de la moyenne des cinq dernières années, qui avoisine 3 500.

Grâce à la bonne tenue du marché de l'emploi et à la croissance démographique, le nombre de mises en chantier d'habitations au Manitoba suivra une tendance ascendante au cours des deux prochaines années. Il devrait monter à 4 600 en 2005 puis à 4 800 en 2006.

Au Nouveau-Brunswick, la construction résidentielle se poursuivra à un bon rythme et s'intensifiera légèrement par rapport à 2004. On prévoit que les mises en chantier de logements dans cette province se chiffreront à 4 000 cette année et à 3 700 l'an prochain.

En Nouvelle-Écosse, le bilan migratoire ne sera pas très élevé, mais la conjoncture de l'économie et du marché du travail assureront un atterrissage en douceur de l'activité sur le marché de l'habitation. Le nombre total de mises en chantier devrait descendre à 4 575 cette année et à 4 550 en 2006.

L'économie de l'Île-du-Prince-Édouard devrait se renforcer grâce à une amélioration du tourisme et au lancement de plusieurs projets d'immobilisations. Les mises en chantier d'habitations demeureront nombreuses mais reculeront : on en prévoit 800 en 2005 et 710 en 2006.

À Terre-Neuve-et-Labrador, les perspectives économiques sont devenues plus favorables récemment, grâce à l'augmentation des paiements de transfert fédéraux et des revenus tirés de la production pétrolière. Toutefois, l'accroissement de l'offre sur le marché des logements existants fera diminuer la demande d'habitations neuves, ce qui entraînera une baisse des mises en chantier. Celles-ci se chiffreront à 2 475 en 2005 et à 2 250 l'année suivante.

Renseignements sur ce communiqué :

Bob Dugan
SCHL
Tél. : 613-748-4009
Courriel : bdugan@cmhc-schl.gc.ca

Perspectives nationales du marché de l'habitation
Indicateurs clés du marché de l'habitation
2004
Chiffres réels
2005
Prévisions
2006
Prévisions
Mises en chantier d'habitations
233 431
*216 400
*200 200
Mises en chantier, maisons individuelles
129 171
*116 500
*107 500
Mises en chantier, logements collectifs
104 260
*99 900
*92 700
Ventes S.I.A.® **
460 703
*441 100
*425 300
Prix de vente S.I.A.® moyen ($)**
226 283
*241 700
*252 100

Perspectives provinciales du marché de l'habitation
Mises en chantier d'habitations
2004
Chiffres réels
2005
Prévisions
2006
Prévisions
Terre-Neuve-et-Labrador
2 870
2 475
2 250

Île-du-Prince-Édouard
919
800
710
Nouvelle-Écosse
4 717
4 575
4 550
Nouveau-Brunswick
3 947
4 000
3 700
Québec
58 448
50 000
45 000
Ontario
85 114
78 500
71 500
Manitoba
4 440
4 600
4 800
Saskatchewan
3 781
3 850
3 600
Alberta
36 270
34 000
32 500
Colombie-Britannique
32 925
33 600
31 600

SOURCE : SCHL, Perspectives du marché de l'habitation, Canada, deuxième trimestre de 2005
* Chiffres arrondis à la centaine près
** Service inter-agences (S.I.A.®) est une marque de commerce enregistrée de l'Association canadienne de l'immeuble (ACI).

Source: Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL)

 

Top of page