vendredi 05 juin 2020
Une société canadienne d’hypothèques
Accueil
Renseignements hypothécaires
Profil de la Société
Communiqués – les plus récents et archives interrogeables par date et par mot clé
Qualification hypothécaire en ligne
Communiquez avec nous
 

Communiqués de presse - Archives nationales

janvier 2006

 

Liens utiles:
Archives nationales
Archives 2006
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
novembre 2006
décembre 2006


Portable Document Format Version imprimable View page in English

Les mises en chantier d'habitations vont se replier

OTTAWA, Ontario, 31 janvier 2006 — Selon le rapport Perspectives du marché de l'habitation, Canada du premier trimestre de 2006, publié par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), le nombre de mises en chantier continuera d'évoluer à la baisse. De 225 481 en 2005, il passera à 208 700 cette année. En 2007, après avoir franchi la barre des 200 000 pendant cinq années consécutives, il va diminuer à 194 800.

« Le marché de l'habitation continuera de fléchir cette année et l'an prochain à mesure que la demande de logements pour propriétaire-occupant retrouvera peu à peu des niveaux plus susceptibles de se maintenir », a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL. « La forte croissance des prix des habitations et la modeste hausse des taux hypothécaires feront monter les charges de remboursement hypothécaire, ce qui aidera à modérer la construction résidentielle. »

En 2005, les ventes de logements existants ont encore battu tous les records, leur nombre s'étant élevé à 481 900. Cependant, l'activité ralentira sur le marché de la revente, puisqu'on prévoit 461 500 transactions cette année et 444 000 autres en 2007. Le taux de progression des prix en fera autant, après s'être hissé en 2005 à son plus haut niveau des 16 dernières années (10,0 %). Il descendra à 5,5 % en 2006 et à 3,8 % en 2007, à mesure que les marchés de revente se rapprocheront de leur point d'équilibre.

Ce même numéro de Perspectives du marché de l'habitation comprend des prévisions des taux d'inoccupation pour certains marchés locatifs clés. Le taux d'inoccupation des 28 principaux centres urbains du Canada est demeuré inchangé à 2,7 % en octobre 2005. On prévoit que les ménages locataires continueront d'être attirés par l'accession à la propriété. Par conséquent, le taux d'inoccupation devrait atteindre 2,9 % en 2006 et en 2007.

En Colombie-Britannique, la construction résidentielle demeurera intense par comparaison aux normes historiques. L'engorgement du marché de l'existant, la vigueur accrue de l'emploi, l'augmentation du revenu et la grande confiance des consommateurs concourront à la vive demande de logements neufs. L'effet de ces facteurs sera toutefois atténué par la hausse graduelle des taux d'intérêt et des coûts de construction. Néanmoins, le nombre de mises en chantier restera supérieur à 30 000, atteignant 32 600 en 2006 et 31 300 en 2007.

En Alberta, l'investissement massif dans le secteur des sables bitumineux explique l'optimisme des projections économiques pour 2006 et les années suivantes. La grande vitalité du marché du travail dans la province continuera d'attirer des travailleurs canadiens à la recherche d'un emploi. Grâce à ce facteur, conjugué à l'accroissement démographique, les mises en chantier d'habitations seront encore nombreuses en 2006 et en 2007, se chiffrant respectivement à 39 500 et 37 500.

En Saskatchewan, le secteur de la construction résidentielle favorisera l'expansion de l'économie provinciale durant les deux prochaines années. De 3 500 en 2006, le nombre total de mises en chantier devrait monter à 3 600 en 2007. Un des principaux facteurs à la base de cette augmentation est l'amélioration des perspectives migratoires. En effet, le dynamisme du marché de l'emploi va contenir l'émigration de travailleurs vers d'autres provinces.

Le Manitoba est la seule province où, d'après les prévisions, le nombre des ventes S.I.A.® et celui des mises en chantier évolueront tous deux à la hausse en 2006 et en 2007. Grâce à une combinaison gagnante de facteurs économiques et démographiques, le nombre de mises en chantier grimpera à 4 800 en 2006 et à 5 000 en 2007.

Le redressement du nombre d'immigrants venant s'installer en Ontario aidera à soutenir la demande de logements. L'effet de ce facteur sera toutefois tempéré par l'attrait qu'exercera encore sur les Ontariens l'économie des provinces de l'Ouest, fondée sur le secteur énergétique. Les mises en chantier devraient se chiffrer à 73 800 en 2006 et à 68 000 en 2007.

Au Québec, malgré l'essor de la demande d'habitations suscité par l'immigration et le vieillissement démographique, l'économie provinciale stagnante et la légère hausse des taux d'intérêt affaibliront la construction résidentielle cette année et l'an prochain. Résultat : le nombre de mises en chantier passera à 43 000 en 2006 puis à 38 500 en 2007.

Au Nouveau-Brunswick, le coût élevé des matières brutes a contribué à élargir l'écart entre le prix des habitations neuves et le prix des logements existants. Grâce à l'augmentation régulière du nombre d'habitations mises en vente, les acheteurs potentiels disposent maintenant d'un choix plus vaste. Cela fera baisser encore davantage le nombre de mises en chantier, qui s'établira à 3 600 en 2006 et à 3 350 en 2007.

En Nouvelle-Écosse, le relèvement des taux hypothécaires après une longue période de forte appréciation des immeubles résidentiels va amoindrir la demande d'habitations et modérer ainsi le rythme des ventes, de la croissance des prix et de la construction résidentielle. Selon les prévisions, le nombre total de mises en chantier s'élèvera à 4 825 en 2006, égalant le niveau respectable atteint en 2005, avant de descendre à 4 600 en 2007.

À l'Île-du-Prince-Édouard, le nombre de mises en chantier a touché en 2004 un sommet qui n'avait pas été franchi depuis 1988. Il continuera de glisser lentement au cours des deux prochaines années, se fixant à 775 en 2006 et à 750 en 2007. Malgré le repli, la construction résidentielle demeurera vigoureuse en comparaison des normes historiques.

À Terre-Neuve-et-Labrador, l'actuelle diminution de la population et la montée des taux d'intérêt entraîneront un recul de la demande intérieure. On s'attend à ce que le nombre de mises en chantier fléchisse pour se chiffrer à 2 250 en 2006 et à 2 150 en 2007.

Renseignements sur ce communiqué :

Bob Dugan
SCHL
Tél. : 613-748-4009
bdugan@cmhc-schl.gc.ca

Perspectives nationales du marché de l'habitation
Indicateurs clés du marché de l'habitation
2005
Chiffres réels
2006
Prévisions
2007
Prévisions
Mises en chantier d'habitations
225 481
208 700 1
194 800 1
Mises en chantier, maisons individuelles
120 463
108 900 1
99 500 1
Mises en chantier, logements collectifs
105 018
99 800 1
95 300 1
Ventes S.I.A.® 2
481 900 3
461 500 1
444 000 1
Prix de vente S.I.A.® moyen ($) 2
248 900 3
262 700 1
272 600 1

Perspectives provinciales du marché de l'habitation

Mises en chantier d'habitations

2005
Chiffres réels
2006
Prévisions
2007
Prévisions
Terre-Neuve-et-Labrador
2 498
2 250
2 150
Île-du-Prince-Édouard
862
775
750
Nouvelle-Écosse
4 775
4 825
4 600
Nouveau-Brunswick
3 959
3 650
3 350
Québec
50 910
43 000
38 500
Ontario
78 795
73 800
68 000
Manitoba
4 731
4 800
5 000
Saskatchewan
3 437
3 500
3 600
Alberta
40 847
39 500
37 500
Colombie-Britannique
34 667
32 600
31 300

SOURCE : SCHL, Perspectives du marché de l'habitation, Canada, premier trimestre de 2006

1 Chiffres arrondis à la centaine près.
2 Service inter-agences® (S.I.A.®) est une marque de commerce enregistrée de l'Association canadienne de l'immeuble (ACI). Les données portent sur dix provinces.
3 Estimation.

Source: Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL)

 

Top of page