mercredi 26 février 2020
Une société canadienne d’hypothèques
Accueil
Renseignements hypothécaires
Profil de la Société
Communiqués – les plus récents et archives interrogeables par date et par mot clé
Qualification hypothécaire en ligne
Communiquez avec nous
 

Communiqués de presse - Archives nationales

juin 2009

 

Liens utiles:
Archives nationales
Archives 2009
janvier 2009
février 2009
mars 2009
avril 2009
mai 2009
juin 2009
juillet 2009
août 2009
septembre 2009
octobre 2009
novembre 2009
décembre 2009


Portable Document Format Version imprimable View page in English

Légère hausse du taux d’inoccupation des logements locatifs au Canada

OTTAWA, Ontario, le 10 juin, 2009 — Selon les résultats, diffusés aujourd’hui, de l’Enquête sur les logements locatifs1 réalisée au printemps par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le taux d’inoccupation moyen des appartements locatifs a légèrement progressé dans les 35 grands centres urbains2 du Canada : il est passé de 2,6 % en avril 2008 à 2,7 % en avril 2009.

« L’achèvement de copropriétés, qui favorise toujours l’accession à la propriété chez les locataires, fait diminuer la demande de logements locatifs. En outre, certaines des copropriétés récemment terminées ont été achetées par des investisseurs et offertes sur le marché locatif, où elles entrent en concurrence avec les logements expressément bâtis pour ce marché. Ces deux facteurs ont exercé des pressions à la hausse sur le taux d’inoccupation » a déclaré Bob Dugan, économiste en chef au Centre d’analyse de marché de la SCHL. « Par contre, ces facteurs ont été atténués par une plus forte demande de logements locatifs. »

Les résultats de l’Enquête effectuée au printemps par la SCHL révèlent qu’en avril 2009, les grands centres urbains ayant les taux d’inoccupation les plus faibles étaient Québec (0,6 %), Regina (0,7 %), Winnipeg (0,9 %), Saguenay (1,1 %) et Trois-Rivières (1,1 %). En Colombie-Britannique, seuls deux centres ont une proportion de logements vacants inférieure à 2 %; il s’agit de Victoria (1,2 %) et de Vancouver (1,9 %). Quant aux plus hauts taux d’inoccupation, ils ont été enregistrés à Windsor (15,5 %), St. Catharines - Niagara (5,3 %) et Abbotsford (4.8 %).

Les loyers mensuels moyens les plus élevés dans la catégorie des appartements de deux chambres, immeubles neufs et existants confondus, ont été relevés à Vancouver (1 154 $), Calgary (1 106 $), Toronto (1 093 $), Edmonton (1 059 $) et Victoria (1 043 $). Ces cinq centres sont les seuls parmi les 35 plus grands à afficher un loyer moyen égal ou supérieur à 1 000 $ par mois. C'est à Saguenay (494 $) et à Trois-Rivières (512 $) qu’ont été observés les loyers mensuels moyens les plus bas dans cette catégorie.

Une comparaison des loyers sur une base annuelle peut être un peu trompeuse, car les logements neufs ont tendance à se louer plus cher que ceux de construction moins récente. Mais en excluant les immeubles neufs, nous pouvons nous faire une meilleure idée de l’augmentation réelle qu’assument les locataires. Dans les 35 grands centres urbains réunis, le loyer moyen des appartements de deux chambres existants a progressé de 2,9 % entre avril 2008 et avril 2009. Les hausses ont été particulièrement marquées à Saskatoon (15,5 %) et Regina (11,4 %).

Toujours selon les résultats de l’Enquête sur les logements locatifs réalisée au printemps 2009 par la SCHL, le taux de disponibilité moyen des appartements locatifs dans les 35 grands centres urbains du Canada s’est établi à 5,0 % en avril 2009, alors qu'il s'était fixé à 4,9 % au même mois un an plus tôt. On considère qu’un logement locatif est disponible s’il est vacant (c’est-à-dire s’il n’est pas occupé et qu’il pourrait l’être sur-le-champ) ou si le locataire actuel a envoyé ou reçu un avis de déménagement officiel et qu’aucun futur locataire n’a signé de bail. Les taux de disponibilité les plus hauts ont été enregistrés à Windsor (18,0 %), London (7,9 %), St. Catharines-Niagara (7,9 %), Guelph (7,0 %) et Sherbrooke (7,0 %), et les plus bas, à Winnipeg (1,4 %), Regina (1,8 %) et Victoria (2,5 %).

Mettant à contribution ses 60 ans d’expérience à titre d’organisme national responsable de l’habitation au Canada, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) aide les Canadiens à accéder à un éventail de logements durables, abordables et de qualité, favorisant ainsi la création de collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays.

1 La SCHL mène l'Enquête sur les logements locatifs deux fois l'an, en avril et en octobre, afin de connaître les taux d'inoccupation, les taux de disponibilité et les loyers des logements d'initiative privée dans les centres urbains de 10 000 habitants ou plus au Canada. Les rapports paraissent en juin et décembre.

L’Enquête sur les logements locatifs du printemps vise les immeubles comptant au moins trois appartements ou logements en rangée offerts en location. Contrairement à l’Enquête de l’automne, elle ne fournit pas de données sur les éléments suivants :

  1. les zones géographiques dont sont constitués les centres urbains;
  2. le marché locatif secondaire (appartements en copropriété, maisons individuelles, jumelés, duplex et appartements accessoires offerts en location).

2 Les grands centres urbains correspondent aux régions métropolitaines de recensement (RMR) définies par Statistique Canada. Font exception la RMR d’Ottawa - Gatineau, qui est considérée comme deux centres distincts pour les besoins de l’Enquête sur les logements locatifs, et Charlottetown, qui est une agglomération de recensement.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Kristen Scheel
Relations avec les médias, SCHL
Tél. : 613-748-2799
kscheel@cmhc-schl.gc.ca

Pour consulter les différentes éditions 2009 du Rapport sur le marché locatif produites par la SCHL, veuillez cliquer sur les liens suivants :

Indicateurs du marché locatif
Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois appartements
Provinces et principaux centres1

Centres Taux d'inoccupation (%) Taux de disponibilité (%) Loyer moyen ($) des appartements de deux chambres (immeubles neufs et existant) Variation en % du loyer moyen des appartements de deux chambres(2) de l'échantillon fixe (immeubles existants seulement)
avr.08 avr.09 avr.08 avr.09 avr.08 avr.09 avr.07 à avr.08 avr.08 à avr.09
T.-N.-L., 10 000 hab. et + 3,2 a 2,0 a 4,1 a 2,7 a 581 a 616 a 2,8 a 4,7 a
St. John's (RMR) 3,7 a 2,2 a 4,8 a 3,2 a 614 a 652 a 2,5 a 5,2 a
Î.-P.-É., 10 000 hab. et + 4,9 a 3,4 b 6,5 a 5,6 a 653 a 681 a 2,1 c 4,2 a
Charlottetown (AR) 5,2 a 3,5 b 7,1 a 6,1 a 665 a 695 a ** 4,3 a
N.-É., 10 000 hab. et + 3,4 a 3,8 a 4,1 a 4,9 a 789 a 808 a 2,1 b 2,9 b
Halifax (RMR) 3,2 a 3,8 a 4,0 a 5,1 a 827 a 843 a 2,1 b 2,8 b
N.-B., 10 000 hab. et + 5,3 a 4,7 a 5,9 a 5,4 a 635 a 653 a 2,0 b 2,8 a
Moncton (RMR) 5,5 a 4,1 b 6,4 a 5,3 a 665 a 673 a 2,0 b 2,1 a
Saint John (RMR) 4,3 b 4,0 b 4,9 b 4,5 b 604 a 643 a 3,2 c 4,5 c
Québec, 10 000 hab. et + 2,5 a 2,3 a 5,6 a 5,3 a 615 a 629 a 3,6 d 3,0 b
Ottawa - Gatineau (RMR) (Qc) 4,1 b 2,0 a 4,5 b 2,8 a 674 a 690 a 2,3 b ++
Montréal (RMR) 2,8 a 2,7 a 5,8 a 5,6 a 643 a 656 a ** 3,5 d
Québec (RMR) 1,1 a 0,6 a 5,1 b 3,1 b 641 a 664 a 2,5 c 2,1 c
Saguenay (RMR) 1,8 b 1,1 a 5,6 b 6,7 b 497 a 494 a ** **
Sherbrooke (RMR) 2,1 b 2,5 a 5,4 b 7,0 b 540 a 548 a 4,9 c **
Trois-Rivières (RMR) 1,3 a 1,1 a 4,0 b 6,6 b 501 a 512 a 1,2 d 3,3 c
Ontario, 10 000 hab. et + 3,1 a 3,3 a 5,4 a 5,4 a 931 a 949 a 1,6 a 2,1 a
Barrie (RMR) 2,9 b 4,2 b 5,9 b 6,4 a 941 a 958 a 4,2 d ++
Brantford (RMR) 2,3 a 2,9 b 2,7 a 3,5 b 737 a 757 a 1,3 d 4,2 d
Greater Sudbury (RMR) 0,7 a 2,0 a 1,7 a 3,8 b 781 a 802 a 7,2 c 6,2 b
Guelph (RMR) 2,5 a 3,7 a 5,0 a 7,0 a 856 a 878 a 1,6 a 1,8 a
Hamilton (RMR) 4,7 a 3,6 a 8,1 a 6,1 a 815 a 860 a 1,2 a 1,5 a
Kingston (RMR) 2,6 a 2,4 a 4,0 b 4,7 b 863 a 894 a 3,8 b 2,7 a
Kitchener (RMR) 2,0 a 2,9 a 4,5 a 5,5 a 838 a 853 a 0,9 a 1,7 a
London (RMR) 3,0 a 4,2 a 6,1 a 7,9 a 814 a 849 a 2,2 a 1,5 a
St. Catharines - Niagara (RMR) 3,7 b 5,3 b 5,4 a 7,9 a 774 a 785 a 2,8 b 1,7 c
Oshawa (RMR) 4,2 b 3,7 b 6,0 b 5,7 a 881 a 876 a 1,1 d 1,1 d
Ottawa - Gatineau (RMR)(Ont.) 2,2 a 2,7 a 5,1 a 4,8 a 957 a 995 a 1,5 a 4,3 b
Peterborough (RMR) 3,1 b 3,8 b 5,8 a 6,9 b 819 a 850 a 1,2 d 3,6 c
Thunder Bay (RMR) 3,6 b 2,8 a 5,4 b 3,8 b 714 a 730 a 1,6 b 2,4 c
Toronto (RMR) 2,8 a 2,4 a 4,9 a 4,4 a 1 075 a 1 093 a 1,2 a 1,6 c
Windsor (RMR) 13,2 a 15,5 a 15,6 a 18,0 a 770 a 748 a ++ ++
Manitoba, 10 000 hab. et + 1,0 a 0,8 a 1,5 a 1,3 a 726 a 757 a 3,1 b 3,5 b
Winnipeg (RMR) 1,0 a 0,9 a 1,5 a 1,4 a 746 a 774 a 3,1 b 3,4 b
Saskatchewan, 10 000 hab. et + 1,2 a 1,7 a 2,4 a 3,2 a 712 a 796 a 14,3 a 12,5 a
Regina (RMR) 1,4 a 0,7 a 2,5 a 1,8 a 718 a 786 a 10,4 a 11,4 a
Saskatoon (RMR) 0,9 a 1,9 a 2,6 a 4,5 a 759 a 868 a 21,3 a 15,5 a
Alberta, 10 000 hab. et + 2,9 a 4,6 a 4,3 a 6,2 a 1 049 a 1 069 a 10,6 a 2,9 b
Calgary (RMR) 2,0 a 4,3 b 4,0 b 6,2 a 1 096 a 1 106 a 6,0 c **
Edmonton (RMR) 3,4 b 4,7 b 4,4 b 5,9 b 1 000 a 1 059 a 13,7 a 4,0 b
C.-B., 10 000 hab. et + 1,1 a 2,3 a 1,8 a 3,3 a 921 a 1 003 a 5,5 b 3,4 c
Abbotsford (RMR) 2,4 a 4,8 a 3,7 a 5,8 a 775 a 778 a 9,1 a 1,2 a
Kelowna (RMR) 0,3 a 2,9 a 1,3 a 4,3 a 881 a 935 a 8,9 a 3,0 c
Vancouver (RMR) 0,9 a 1,9 a 1,3 a 2,6 a 1 071 a 1 154 a 5,1 c 2,7 c
Victoria (RMR) 0,3 a 1,2 a 1,6 a 2,5 a 900 a 1 043 a 4,4 d 6,5 c
RMR du Canada 2,6 a 2,7 a 4,9 a 5,0 a 805 a 827 a 3,6 b 2,9 a
Canada, 10 000 hab. et + 2,6 a 2,8 a 4,9 a 5,0 a 782 a 804 a 3,7 b 2,9 a

1 Régions métropolitaines de recensement (RMR), moins Charlottetown.

2 La variation en pourcentage du loyer moyen constitue une mesure de l'évolution du marché et est fondée sur les structures qui ont fait partie de l'échantillon les deux années.

++ La variation du loyer n’est pas statistiquement significative. Autrement dit, elle n’est pas différente de zéro (0) sur le plan statistique.

** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.

Source: Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL)

 

Top of page