dimanche 23 février 2020
Une société canadienne d’hypothèques
Accueil
Renseignements hypothécaires
Profil de la Société
Communiqués – les plus récents et archives interrogeables par date et par mot clé
Qualification hypothécaire en ligne
Communiquez avec nous
 

Communiqués de presse - Archives nationales

mars 2010

 

Liens utiles:
Archives nationales
Archives 2010
janvier 2010
février 2010
mars 2010
avril 2010
mai 2010
juin 2010
juillet 2010
août 2010
septembre 2010
octobre 2010
novembre 2010
décembre 2010


Portable Document Format Version imprimable View page in English

Le ministre des Finances fait valoir l’avantage concurrentiel du Canada aux investisseurs des États-­Unis, du Royaume-­Uni et de l’Irlande

OTTAWA, Ontario, le 13 mars, 2010 — L’honorable Jim Flaherty, ministre des Finances, fera valoir comment le Canada trace la voie au sein de l’économie mondiale lorsqu’il se rendra à New York, à Londres et à Dublin la semaine prochaine.

Dans une série d’allocutions et de rencontres personnelles avec des dirigeants politiques et de chefs d’entreprise, le ministre Flaherty mettra en vedette les avantages concurrentiels croissants du Canada : le système financier le plus solide au monde, les mesures de stimulation efficaces et temporaires prévues dans le Plan d’action économique du Canada, un régime fiscal de plus en plus attrayant, ainsi que la distinction d’être le premier des pays du G20 à établir une zone libre de droits de douane à l’intention des fabricants. En juin prochain, il fera également état des priorités du Canada à titre de président et hôte du sommet des dirigeants du G8 dans la région de Muskoka au Canada et à titre d’hôte des dirigeants du G20 à Toronto. Il présentera aussi le rôle de premier plan que le Canada a joué dans la réaction mondiale à la crise économique.

« Il faut que l’on fasse savoir comment le Canada s’en est tiré avec succès face à une crise économique internationale sans précédent et à quel point il en est ressorti encore plus fort qu’auparavant, a fait savoir le ministre Flaherty. À bien des égards, notre pays envoie un message clair et convaincant au reste du monde : le Canada est prêt à faire des affaires. »

Le ministre Flaherty se rendra à New York, où il prendra la parole devant la Canadian Association of New York le lundi 15 mars, et il présidera des tables rondes sur l’état des marchés financiers mondiaux ainsi que sur les échanges et les investissements canado-américains. Le lendemain, le ministre fera une allocution à Londres devant la chambre de commerce Canada-­Royaume-Uni. Il rencontrera le chancelier de l’Échiquier Alistair Darling et le chancelier de l’Échiquier parallèle George Osborne. À Dublin, le ministre prononcera un discours devant l’Ireland Canada Business Association et il rencontrera des représentants de la National Asset Management Agency du gouvernement irlandais.

Tout au long de sa visite, le ministre Flaherty mettra en valeur le récent budget et le Plan d’action économique du Canada. Il fera ressortir les réalisations permanentes du Canada :

  • Le Canada, qui est le dernier pays du G7 à être entré en récession, a connu la baisse du produit intérieur brut (PIB) réel la moins forte essentiellement de tous les pays de ce groupe. En 2009, le Canada a enregistré la reprise la plus vigoureuse de la demande intérieure.
  • Le ratio de la dette au PIB du Canada est nettement le moins élevé des pays du G7. Il devrait progresser de moins de 6 points de pourcentage de 2007 à 2014, contre des hausses se situant entre 24 et 63 points de pourcentage dans les autres pays du G7.
  • Grâce aux changements apportés aux impôts fédéraux et provinciaux, le Canada affichera en 2010 le plus faible taux global d’imposition sur les nouveaux investissements des entreprises parmi les pays du G7, taux qui se situe en deçà de la moyenne des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques. D’ici 2012, le Canada appliquera le plus faible taux d’imposition des sociétés prévu par la loi du G7.
  • Le système financier du Canada a de nouveau la cote. En effet, le Forum économique mondial et le Moody’s Investors Service le considèrent comme le plus solide du monde. De son côté, le chroniqueur économique de la British Broadcasting Corporation le qualifie de système le mieux préparé au monde. Enfin, le président des États-­Unis, Barack Obama, le premier ministre de l’Irlande, Brian Cowen, et l’économiste Paul Krugman, lauréat du prix Nobel, estiment qu’il est un modèle à suivre sur la scène mondiale.

Source: Ministére des Finances Canada

 

Top of page